• Bleu terreur

    J'ai dix-sept ans. Je m'appelle Willmuth. J'ai une grande soeur. Elle est assise en face de moi et me regarde en souriant. Je n'entend pas ce qu'elle dit à son fiancé. Une vitre nous sépare. Elle parle en souriant. Les chaussures que m'a prêté Père sont mouillées. J'ose espérer qu'il ne m'en voudra pas. Je vais bientôt le voir. Et pas ma soeur. Elle et Père se sont quittés dans de très mauvais termes. Il doit la détester maintenant, après qu'elle l'ai chassé. J'ai toujours dit que Kilwa avait un caractère bien trempé, possessif et têtu. Elle n'écoute personne. Pas même son fiancé Dienbahr. Il lui a pourtant demandé de me faire sortir du palais royal, mais non. Elle a décidé de me retenir un peu plus longtemps. Elle tripote sa couronne de diamant, celle que Père a porté avant elle, que Grand-père Hadrian a porté, et tous les autres. Celle que j'aurai dû porter à ma majorité, dans cinq ans. D'ailleur, elle est trop grande pour elle. Elle est faite pour une tête masculine, vieille de vingt-deux ans. Et Kilwa est une femme de vingt-six ans. Elle ne m'a jamais aimé. J'étais le chouchou de Mère et Père. J'étais plus jeune, mais quand même destiné à règner. Père m'emmenait au conseil et à la chasse, pendant qu'elle devait broder, apprendre des poésies et apprendre à cuisiner. Je me rend compte que cette vie ne lui convenait pas. C'est ce que je lui ai dit, mais elle dit que c'est trop tard. Que ce soir, elle se fera sacrer reine d'Yihucrul. Qu'elle deviendra Kilwa Ière. Et que je ne serai pas là pour voir son triomphe. Qu'elle ne veut pas que son frère lui gâche sa fête. Que son frère lui gâche sa vie. C'est pour ça qu'elle m'a fait venir ici. Elle me craint encore, même si je ne peux plus rien lui faire. Elle me craint car je n'ai pas peur d'elle. Je sais qu'elle ne me fera plus rien. En revanche, j'ai peur de la mort. Je ne sais pas ce que je vais y trouver. Personne n'est jamais revenu des plaines éternelles. Et je ne reviendrai pas.

    A présent, j'ai de l'eau jusqu'à la taille. Ma soeur et son fiancé sont heureux. Je n'ai rien contre eux, enfin, pas personnellement. J'en veux à ma soeur d'avoir raflé le trône. Et à Dienbahr de n'avoir rien dit. De l'avoir laissé assassiner son futur beau-père. Kilwa n'a pas tué Mère. Mère est folle. Elle passe son temps à empiler des feuilles mortes et à souffler dessus. Elle ne représente aucune menace. Et pourtant, elle est emprisonnée dans sa chambre, avec deux gardes en armure devant sa porte. Elle n'a pas de fenêtre. Le ciel bleu lui manque. C'était sa couleur préférée. Moi, je hais cette couleur. Peut-être parce que le sol du palais est bleu. Et que l'eau est bleue. Je déteste l'eau. Elle est traître et fourbe. Je jouais avec elle, étant plus petit, et maintenant, elle me tue. Je tape sur la vitre, mais ma soeur ne tourne même pas la tête. Elle fait semblant de ne pas m'entendre, mais je sais très bien qu'elle m'écoute. C'est elle qui, à dix-huit ans, a mis en pratique un système permettant d'écouter les cris des condamnés. Car c'est à ça que sert le Tube de la Terreur. A torturer, et le plus souvent à tuer. On met un prisonnier dedans, et l'eau arrive par des tuyaux au niveau des pieds. Tant que l'eau n'est pas arrivée à la taille, le prisonnier peut demander grâce, sauf si c'est un condamné. Un jour, Père a puni un homme. Il a mis de l'acide à la place de l'eau. L'homme a hurlé pendant longtemps. Je me demande ce qu'il avait fait pour mériter une telle punition. Père avait promis de m'expliquer tout quand je serai plus grand. Je ne sais toujours pas pourquoi l'homme est mort d'une façon si horrible. Heureusement, l'acide a disparu depuis longtems. Le pétrole et le charbon aussi. Tout cela a disparu en 3006, d'après les livres d'histoire. Père n'était pas encore né. Et aujourd'hui, tout marche à l'énergie humaine. Chaque être est porteur d'une énergie que l'on pourrait presque dire "magique". Elle est très utile si on sait l'utiliser. Le roi Hadrian avait mis au point en 3018 un système à puce pour récupérer l'énergie humaine. Chaque humain doit avoir dès sa majorité une puce incrustée dans le cerveau qui prélève 6% de l'énergie humaine par secondes. Cette énergie est dirigée dans une centrale chargée de la transformer pour qu'elle serve de pétrole, d'électricité, de charbon, etc... On parle alors de Fluide. Bien sûr, je n'ai pas encore de puce. Ma mort ne sera pas annocée aux dirigeants de la centrale. Personne ne le saura jamais. Je regarde une dernière fois ma soeur. Son visage est enfin rassuré. L'eau monte jusqu'à mon front. Je ferme les yeux et adresse une prière silencieuse à la déesse d'Yihucrul. Pour que Mère vive heureuse. Que Dienbahr devienne un bon roi. Que Kilwa soit enfin comblée. Et pour que je retrouve enfin Père.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :